Le CRVI (Centre de Recherche Viticole) de Corse

Avec 6220 ha et environ 150 millions de chiffre d’affaire annuel, la filière viticole corse est le « poids lourd » de l’agriculture insulaire. C’est aussi la première à avoir bénéficié d’un signe de qualité (AOC Patrimonio 1969), lequel sera suivi de la création de 8 autres AOC et d’une IGP (île de Beauté).  

Et pourtant, cette filière revient de loin…

Créé en 1982, le CRVI, outil de travail consacré à la recherche appliquée de la filière « vigne et vin » de Corse, est intimement lié à cette vitalité.

Un peu d'histoire

Avant les années 60, le vignoble corse est situé en moyenne montagne (terrasses), sa production est essentiellement ciblée sur les besoins domestiques familiaux, c’est un vignoble lie à la civilisation agropastorale. Dès 1962, le paysage viticole se modifie, il est alors censé remplacer les terres perdues d’Afrique du nord. Un nouveau et vaste vignoble (32000 Ha) est mis en place, des cépages allogènes peu qualitatifs et destinés à l’élaboration de vins de coupage sont introduits, la production est intensive, mécanisée. Les événements d’Aléria changeront la donne, il s’ensuivra une grave crise suivie d’arrachages massifs à partir de 1975 (32000 ha à 8000 ha) et une nécessité de réorienter la filière vers la qualité. Mais, les cépages locaux sont très virosés, la flavescence dorée décime les vignes de Patrimonio et il n’existe pas de références techniques pour la Corse, région à forte vocation identitaire…

Il n’existe pas alors de structure de recherche viticole sur l’île. Au mieux une antenne en région de l’ITV qui ne répondra pas aux attentes des vignerons insulaires. La filière viticole corse décide ainsi de la création du CIVAM viti.

Cette structure de recherche unique en son genre, puisque elle couvre n’ensemble des thématiques viti-inicoles de la vigne au vin (et qui deviendra le CRVI) permettra de sélectionner et diffuser du matériel végétal sain, de redécouvrir et d’évaluer les cépages insulaires, d’étudier des modes de conduites adaptés. Dès la fin des années 80, le vignoble corse amorcera sa restructuration, c’est un renouveau.

A partir de 1990, le CRVI s’orientera aussi vers l’étude des techniques de vinification en lien avec la typicité et la sélection de souches de levures insulaires. Depuis 2000 un ambitieux programme sur la caractérisation des terroirs viticoles est mis en place. Parallèlement, les vins corses gagnent en prestige et en notoriété, en 2012, l’IGP île de beauté est la plus chère de France.

Les orientations et mutations récentes du vignoble et des vins insulaires seront intimement liées aux résultats de sa structure de recherche. L’ancrage du CRVI dans le ‘réel’ est renforcé par l’établissement de nombreux essais sur les parcelles et les caves des domaines viticoles insulaires, dont certains parmi les plus prestigieux. La diffusion et l’implémentation de certains résultats probants ainsi obtenus par le CRVI n’en est alors que plus rapide…

Missions

Les missions du CRVI sont articulées autour de 4 axes de recherche :

  1. Cépages et stratégie de pilotage du vignoble
  2. caractérisation et valorisation des terroirs viticoles
  3. Techniques de vinification et qualité des vins
  4. Maîtrise des fermentations, microbiologie

Ces items ont pour dénominateur commun la conservation et la valorisation du patrimoine viticole corse, avec pour ambition de transmettre aux générations futures cette précieuse et de renforcer la typicité des vins insulaires.

Plateforme technique, Ressources humaines :

Le domaine expérimental (près de 5 ha) est constitué  de collections de clones et de cépages, d’un conservatoire (250 individus pour 19 variétés), de vignes de multiplication pour la diffusion du matériel végétal et de nombreux essais chez les producteurs. Le CRVI dispose également d’un chai de vinification, d’une cave de conservation et d’un laboratoire cofrac. Le conseil d’administration est exclusivement composé d’acteurs de la filière, l’équipe de 6 permanents (3 responsables de secteur, 2 techniciens, 1 administratif) et de non permanents.

Statut et financements

Le CRVI est une association loi 1901, à but non lucratif, dont le financement est assuré par des crédits de l'état et de la région.

Projets collaboratifs

De nombreux partenaires collaborent avec le CRVI sur des programmes qui s’orientent de plus en plus vers le  développement durable. Le CRVI est membre fondateur de Corsicagropôle.

Perspectives

Répondre aux attentes sociétales et réglementaires tout en permettant la production de vins de qualité à un prix qui reste attractif,

S'adapter au bouleversement climatique et aux exigences du milieu méditerranéen (cépages tardifs, résistants à la sécheresse, moins alcoogènes, plus acides, adéquation avec les terroirs viticoles de demain...),

Valoriser l'éco conception en laissant toute sa place à l'innovation, faire progresser la technique dans le respect de l'environnement (limiter les intrants),

Dynamiser la créativité, répondre à des besoins de productions différenciés, à destination de niches commerciales en rapport avec un terroir, une histoire.

Présidente : Mme Josée Vanucci-Couloumère

Vices présidents : Mr Alexis ALBERTINI et Mr Pierre ACQUAVIVA

 

Pour en savoir plus : www.crvi.fr